Et le combat cessa faute de combattants.
Corneille, Le Cid (Acte IV, scène 3)

 La Galerie Nabe, c’est fini !

Merci à ceux qui pendant quatorze mois ont su profiter de cet endroit déjà mythique *. Et honte aux autres, « amateurs d’art », « hommes de lettres », « artistes », critiques », peoples, animateurs télés, acteurs de ciné et autres bobos, pleutres ou négligents !
A nouveau SDF, Marc-Edouard Nabe n’est pas près de trouver une autre galerie ni de sortir son prochain livre… Pas dix lecteurs ont été capables de se sortir les doigts du cul pour acheter un tableau sur un catalogue qui en compte mille !
Il ne reste plus que cette plateforme pour les commander, ainsi que tous les livres encore disponibles. Quant à ceux — et celles — qui voulaient rencontrer l’auteur en personne, il ne leur reste plus que leurs yeux pour pleurer. Fallait pas rêvasser !
Trop tard ! La fête est finie.

 L’équipe de marcedouardnabe.com

* « Devenu son propre éditeur, Marc-Edouard Nabe écoule ses anciens livres sans difficulté dans la galerie qu’il a ouverte au 4, rue Frédéric Sauton (5e). C’est à deux pas de la rue de Bièvre où  le couple Mitterrand emménagea en 1973. »
in Jean-Edern Hallier, l’idiot insaisissable par Jean-Claude Lamy, Albin Michel, 2017, p. 433-434.

CATALOGUE
LIVRES